23 janv. 2017

Le rouge vif de la rhubarbe - Audur Ava Olafsdottir

Auteur : Audur Ava Olafsdottir
Éditions : Noyelles
Genre : Contemporain
Date de publication originale : 2016
Pages : 156

"Elle avait promis à maintes reprises de ne pas descendre seule traîner sur le ponton."

Synopsis :
 Souvent aux beaux jours, Ágústína grimpe sur les hauteurs du village pour s’allonger dans le carré de rhubarbe sauvage, à méditer sur Dieu, la beauté des nombres, le chaos du monde et ses jambes de coton. C’est là, dit-on, qu’elle fut conçue, avant d’être confiée aux bons soins de la chère Nína, experte en confiture de rhubarbe, boudin de mouton et autres délices. Singulière, arrogante et tendre, Ágústína ignore avec une dignité de chat les contingences de la vie, collectionne les lettres de sa mère partie aux antipodes à la poursuite des oiseaux migrateurs, chante en solo dans un groupe de rock et se découvre ange ou sirène sous le regard amoureux de Salómon. Mais Ágústína fomente elle aussi un grand voyage : l’ascension de la « Montagne », huit cent quarante-quatre mètres dont elle compte bien venir à bout, armée de ses béquilles, pour enfin contempler le monde, vu d’en haut…

Ce que j'en ai pensé :

C'est toujours aussi difficile de rédiger une chronique sur un livre qui ne m'a rien apporté. J'ai trouvé ma lecture insipide, fade sans début ni fin.

Une note de l'éditeur dit sur la quatrième de couverture : "Le Rouge vif de la rhubarbe éclaire à merveille l'œuvre de la grande romancière islandaise." Et ben dit donc avec ça, je suis totalement rassurée sur le fait que je vais avoir du mal à sortir de ma PAL Rosa Candida.

Pourtant je comprends les personnes qui se sont laissés porter ou devrais-je dire bercer par Ágústína, elle affronte son quotidien des rêves plein la tête, et regarde passer les nuages au dessus d'elle et réinvente le monde à sa façon. Ce livre n'est qu'une succession de mini scénettes sans véritable lien les unes avec les autres, c'est presque comme si l'auteure avait décidé de nous balancer au visage des instants de vies décousus. Je n'ai donc pas été sensible à l'histoire et à la plume de notre célèbre romancière islandaise.

J'ai terminé de lire ce livre il y a une semaine, et déjà il ne m'en reste pas grand chose ...

J'ai bien conscience que c'est peut être la chronique la plus courte de mon blog, mais là je ne sais pas quoi vous dire de plus, je ne suis surement pas le meilleur public pour ce genre de littérature.

Citation :

" - Je suis contente que tu te sois fait un camarade mais je préfère que vous ne vous enfermiez pas là-haut dans la chambre. Les garçons de son âge n'ont pas encore la maturité suffisante pour apprécier la beauté de l'âme et la personnalité d'une femme."

Le mot de la fin :

Un livre vite lu et encore plus vite oublié ...

***

19 janv. 2017

Après la vague - Orianne Charpentier

Auteur : Orianne Charpentier
Éditions : France Loisirs
Genre : Drame
Date de publication originale : 2014
Pages : 164

"Tous, à la fin de notre vie, nous mourons."

Synopsis :
   Il fait beau, ce jour-là, à la terrasse de l'hôtel. La famille est attablée. On discute d'un temple à visiter. Mais avec cette mer turquoise... Maxime n'a aucune envie de bouger. Il va rester ici, tranquille, à profiter de la plage avec Jade, sa sœur jumelle. Quelques minutes plus tard, une vague apparaît. Une vague qui n'en finit pas de grossir. Une vague qui engloutit tout. Dans leur course folle, Jade lâche la main de son frère. Pour Max, il n' y a plus de mots. Plus de larmes. Plus de présent. Plus d'avenir. Pourra-t-il survivre à ce drame ?

Ce que j'en ai pensé :

Après la vague est un roman classifié comme jeunesse, je ne le savais pas avant ma lecture mais en effet, c'est peut être trop jeunesse pour moi.

L'histoire dramatique qui arrive à Max est comme nous le savons tous terrible, et sans doute ne pourrons nous jamais imaginer leur ressenti. Mais j'ai trouvé que l'histoire n'était pas assez rythmée et surtout les sentiments ressentis par le jeune Max, pas assez approfondis. Ses doutes, ses questionnements sont rapidement balayés pour laisser place à une fuite en avant. J'ai trouvé le roman plutôt fade dans sa globalité.

Je ne m'attendais à rien en particulier de ce roman, sauf que je n'avais pas lu de texte parlant de cette catastrophe, Je n'attendais pas à du voyeurisme mais juste de ressentir de l'empathie envers le protagoniste. Malheureusement rien ne s'est produit, pas de tressaillement, électrocardiogramme plat.

Pourtant il y a de très belles métaphores pour décrire certains sentiments mais ils sont juste posés sur des pages sans début ni fin.

Ce court roman, je l'ai lu, et je vais sans doute le ranger aussi vite qu'il a été parcouru et oublié surement de la même manière. Cependant il serait exagéré de dire que je n'ai pas aimé.

Citations :

"Ma sœur mange quand elle est triste, quand elle a peur, quand elle est embarrassée. Autant dire qu'elle mange tout le temps. C'est dommage, parce qu'elle pourrait être vraiment jolie. Même maintenant d'ailleurs, même avec ses dix kilos en trop (et quand je dis dix, je suis sympa), elle est joli. Elle l'ignore à un point désespérant, et surtout elle s'arrange pour que personne le le sache. [...] Et moi, ça m'agace, de la voir se détesté, tandis que moi je m'aime un peu trop."

"Les mots sont en moi comme des oiseaux blancs, ils veulent s'échapper encore, l me déchirent la peau à coups de bec. Et soudain ils s'extirpent hors de moi, ils s'envolent, il me laissent, je suis plus qu'une coquille vide, je sanglote."

"Toute cette comédie effroyable que chaque être humain jour pour vivre, et qui consiste juste à faire semblant de savoir comment, être, moi, je n'en avais plus la force."

"Si j'ai pu, à ce moment de mon récit, donner l'idée que ma famille ne m'a pas aidé durant tous ces mois, cela m'afflige. La vérité, c'est que mes proches tentaient de toutes leurs forces de me tirer hors du vide. Mais leurs forces étaient peu de chose, même s'il m'aimaient, parce que leur cœur était brisé et moi, je désirais l'abîme."

Le mot de la fin :

Un livre pas assez approfondi à mon goût. J'en attendais beaucoup plus... Le livre se lit très rapidement mais s'adresse à un public jeune.

***

17 janv. 2017

Derrière les portes - B.A. Paris

Auteur : B. A. Paris
Éditions : Hugo
Genre : Thriller
Date de publication originale : 2017
Pages : 318

"La bouteille de champagne heurte le plan de travail en marbre de la cuisine ; je trésaille."

Synopsis :
    En apparence, Jack et Grace ont tout pour eux. L'amour, l'aisance financière, le charme, une superbe maison. Le bonheur. Vous connaissez tous un couple comme celui qu'ils forment, le genre de couple que vous aimeriez connaître mieux. Vous adoreriez passer davantage de temps avec Grace, par exemple. L'inviter à déjeuner, seule. Et pourtant, cela s'avère difficile. Vous réalisez que vous ne voyez jamais Jack et Grace l'un sans l'autre. Est-ce cela que l'on appelle le grand amour ? À moins que les apparences ne soient trompeuses. Et que ce mariage parfait ne dissimule un mensonge parfait. Car pourquoi Grace ne répond-elle jamais au téléphone ? Et pourquoi les fenêtres de la chambre sont-elles pourvues de barreaux ?

UN PIÈGE CRUEL ET DIABOLIQUE UN LIVRE BRILLANT ET TERRIFIANT

Ce que j'en ai pensé :

Glaçant ! Hallucinant ! Terrifiant ! Haletant !

En lisant ce livre, l'atmosphère autour de moi se rarifie en oxygène ou bien est-ce moi qui fais de l'apnée sans m'en rendre compte ?

En lisant le synopsis, on comprend rapidement que la pauvre fille Grace va être retenue prisonnière par Jack derrière de nombreuses façades. Façade physique : une grande maison entourée de hauts murs, des rideaux en acier et des barreaux aux fenêtres, leur fortune est-elle si importante pour protéger leur maison de la sorte ? Façade psychologique : montrer aux autres que tout va dans le meilleur des mondes, un couple parfait dans une maison parfaite : une desperate housewife poussée à l'extrême avec ses soi-disant amies qui ne voient pas plus loin que leur petite vie tranquille et se plaignent de leurs enfants, maris et autres.

Mais ce que l'on va découvrir en lisant ce roman, c'est comment c'est arrivé, pourquoi Grace a-t-elle acceptée cette terrifiante situation. La seule question qui raisonne dans nos tête c'est Est-ce qu'elle va s'en sortir ? Parce que Grace est une formidable battante qui va tout faire pour échapper à un mari psychopathe, extrêmement intelligent, un jour d'échec exceptionnel qui a toujours plusieurs déplacement d'avance.

J'ai trouvé que le choix de B. A. Paris de raconter l'histoire à la première personne donnait une dimension vraiment exceptionnelle, on va vivre une descente aux enfers. Et en parallèle on va la suivre qui tente le tout pour le tout pour ne pas devenir complétement folle. Passé et présent se croisent. Va-t-elle y arriver ? La question plane durant toute la lecture et je ne vous dirai rien, car j'ai eu peur jusqu'à la dernière ligne.

A travers ce livre B. A. Paris a réussi brillamment à dépersonnaliser son personnage, à la rendre plus anonyme que personne d'autre sur cette Terre. Ce roman est un grand cri pour prendre conscience que chaque personne a droit à son libre arbitre et que l'on ne doit pas disparaitre seul.

C'est un livre qui marque les esprits, rend insomniaque même la dernière page tournée. Il n'est pas facile de choisir quoi faire, lire, regarder après tant d'émotions, c'est un roman qui marque, auquel on repense dans son quotidien et nous fait quelques fois regarder derrière notre épaule ...

Citations :

"La galanterie a une fâcheuse tendance à s'envoler dès que les habitudes et les bébés s'installent dans un couple."

"Je commence à désespérer que quelqu'un remette un jour en cause la perfection absolue de notre existence, et quand nous sommes avec des amis, je m'émerveille de leur bêtise qui les incite à croire que Jack et moi ne nous disputons jamais, que nous tombons d'accord sur tout, et qu'une femme de trente cinq ans intelligente et sans enfant comme moi se contente de rester chez elle toute la sainte journée pour jouer à la dînette."

"Lorsque je le vois, je suis atterrée de constater à quel point il a l'air normal. Il devrait forcément y avoir un signe, des oreilles pointues ou des cornes, censés avertir les autres qu'il est maléfique."

Le mot de la fin :

Si vous devez lire un thriller psychologique cette année, ne le cherchez plus, lisez le ...

***

13 janv. 2017

The Mortal Instruments Tome 2 : La cité des cendres - Cassandra Clare

Auteur : Cassandra Clare
Éditions : Pocket Jeunesse
Genre : Bit-Lit
Date de publication originale : 2009
Pages : 524

"L'imposante structure de verre et d'acier se détachait telle une aiguille scintillante sur le ciel au-dessus de Front Street."

Synopsis :
   Le monde obscur est en émoi depuis le meurtre mystérieux d'un loup-garou survenu devant le Hunter's Moon, l'un des repaires de lycanthropes les plus fréquentés de New York. Du côté des Chasseurs d'Ombres, l'Inquisitrice, une femme insensible et austère, est dépêchée par l'Enclave pour s'emparer de l'Institut: Valentin est de retour et une guerre sanglante se prépare.

Pris dans la tourmente des événements récents, écartelés entre cœur et raison, Clary et Jace se lancent à corps perdu dans la lutte sans merci qui oppose les défenseurs du bien aux forces du mal. Une lutte qui les mènera des souterrains de la Cité Silencieuse aux eaux sombres de l'East River...

Dans cette série, les autres tomes chroniqués :
Cliquer sur la couverture pour découvrir la chronique.
http://exulire.blogspot.fr/2016/10/the-mortal-instruments-tome-1-la-cite.html


Ce que j'en ai pensé :

Il est rare que je sèche en écrivant une chronique, mais c'est le cas avec ce second tome de la série The Mortal Instruments. J'ai été beaucoup moins séduite pas ce tome où j'ai longuement hésité à lui donné trois ou quatre étoiles.

J'ai trouvé qu'il ne se passait finalement pas grand chose, il y a moins de surprises et de rebondissements. Clary m'a de nombreuse fois agacé, surtout sa relation avec Simon, j'ai trouvé d'ailleurs qu'il était beaucoup plus passif dans ce tome, à trop se lamenter sur son pauvre petit sort de simple terrestre, Jace est quand à lui effacé, son humour caustique n'est présent qu'à de rares occasions, je l'ai trouvé relativement faible. Vous l'aurez constaté je ne suis pas tendre avec ce trio qui portait le premier tome et qui avait tant à offrir.

En revanche j'ai beaucoup apprécié Magnus, ce sorcier ténébreux toujours tiré à quatre épingles, qui n'appartient pas aux Chasseurs d'Ombres mais à qui on s'adresse inexorablement. Et j'aime bien sa relation avec Alec et qui sera j'espère développé dans les prochains tomes.

Il y a cependant des scènes très agréables à lire, surtout celle dans le royaume souterrain des fées, même si j'aurais aimé avoir plus de détails sur ce monde, sur ces occupants et sur la relation entre Isabelle et un autochtone. Et c'est sans doute ce que je reproche le plus à ce tome, il y a beaucoup d'informations (pour tenir plus de 500 pages), mais ce ne sont pas celles que j'attendais, et je trouve que certains points sont laissés en suspend et je ne suis pas sure qu'ils seront exploités par le suite. Par exemple la relation entre Maia et Agramon est sous développée une fois encore.

Les priorités de l'auteurs n'étaient pas celles que j'attendais, mais ce n'est pas pour ça que je n'ai pas apprécié ma lecture, je n'ai juste pas été très convaincue, je suis claire ? et je lierai la suite j'espère avec autant de plaisir.

Citations :

"L'enfer est doux comparé au courroux d'une femme."

"-Tu te reproches d'être ce que tu es. Ce n'est la faute de personne, et tu ne peux rien y changer. Tu as été honnête avec lui, et ensuite il a fait ce qu'il a voulu. Tout le monde doit faire des choix ; ça, personne n'a le droit de nous l'enlever. Même par amour.
-Justement, quand on aime quelqu'un, on n'a pas le choix."

Le mot de la fin :

Un tome en dessous du précédent, qui n'apporte pas grand chose au final et dont presque tous les personnages se cherchent. Je n'ai malheureusement pas retrouvé le rythme et les énigmes du premier tome, et j'ai regretté que certains points ne soient pas plus développés. Ce tome reste cependant agréable à lire dans son ensemble. J'en attends plus du prochain.
 
***


12 janv. 2017

Là où j'irai - Gayle Forman

Auteur : Gayle Forman
Éditions : Pocket
Genre : Young Adult
Date de publication originale : 2010
Pages : 236

 "Chaque matin en m'éveillant, je me dis : Ce 'est qu'une journée, vingt-quatre heures à passer."

Synopsis :

Adam se glisse dans la salle. Il a 21 ans, c'est une rock star adulée et l'ancien amoureux de Mia...
Trois ans plus tôt, Mia était partie sans un au revoir, sans une explication. Leurs retrouvailles est un choc : les souvenirs, bons et mauvais, ressurgissent, les sentiments encore à vif les submergent, leur amour qu'il pensait indestructible quelques années plus tôt se heurte à la réalité de leur vie présente. De nouveau, Mia est confrontée à un choix : doit-elle revenir en arrière pour donner une chance à son premier amour? Peut-on revivre la même passion si longtemps après, malgré les souffrances endurées? Ils ont une soirée pour décider. Plus forte que les mots, la musique les emporte dans un tourbillon d'émotions. Mais est-ce suffisant pour les réunir de nouveau?

Dans cette série :
Cliquer sur la couverture pour découvrir ma chronique.
http://exulire.blogspot.fr/2015/02/si-je-reste-gayle-forman.html

 
    
 Ce que j'en ai pensé :
 
Dès le début de ma lecture, j'ai constaté un changement de ton. Le livre est plus mûr, les sentiments plus profonds, l'introspection vers des émotions refoulées plus intense. On accroche, on tourne rapidement les pages. Et le fait d'être dans la tête d'Adam qui souffre sans l'accepter, j'ai trouvé ça ingénieux.
 
Cette suite nous propose quelque chose de différent mais avec les personnages que nous avions appris à connaitre et à apprécier dans le tome précédent. Ce livre propose de s'interroger sur le jour où on se rend compte que l'on est plus un adolescent avec des rêves plein la tête. Le jour où le voile de la réalité se déchire et que l'on comprend que l'amour que l'on a éprouvé lorsque l'on était adolescent ne sera plus jamais le même, voire impossible. Le jour où l'on comprend que l'on doit passer à autre chose, c'est douloureux et on ne s'en remet jamais totalement même si le temps passe et panse les blessures. C'est exactement à cette étape capitale dans la vie d'une personne que c'est arrêter Gayle Forman. Son écriture m'a captivé, m'a fait me remémorer de nombreux souvenirs. C'est à la fois subtil et explicitement écrit.
 
J'ai adoré les moments de flottements entre Mia et Adam. C'est tout simplement intemporel et surtout on n'arrive pas à savoir si cette rencontre sera la dernière ou la première pierre d'une nouvelle relation. Gayle Forman nous décrit une nuit, une seule et toute petite nuit pour tout effacer ou au contraire tout réparer. Mia et Adam vont aller plus loin qu'ils n'ont jamais été. Ils vont parcourir la distance qu'ils les ont séparés pour au final se retrouver ou se séparer et se dire véritablement adieux.
 
Ce second tome est d'une grande finesse, les sentiments sont mis en avant, on se croirait à chaque instant sur le fil, c'est extrêmement touchant. Leurs sentiments réciproques s'envolent dans la nuit de New York comme un air de musique gracieux et inachevé.
 
Gayle Forman nous réserve-t-elle une suite ou non, je ne sais pas, mais si c'est le cas, je retrouverai avec plaisir nos personnages.
 
Citations :
 
"Je me suis rendu compte qu'il y a un monde entre le fait de savoir que quelque chose est arrivé, et même de savoir pourquoi c'est arrivé, et le fait de croire. Parce que lorsque Mia a cessé tout contact avec moi, je savais ce qui s'était passé, oui. Mais il m'a fallu beaucoup de temps pour le croire.
Et maintenant encore, il y a des jours où je ne parviens pas tout à fait à le croire."
 
"[...]J'aime les fans quand je les rencontre individuellement. Mais lorsqu'ils sont en nombre, ils se comportent comme un essaim d'abeilles et semblent oublier qu'ils ont affaire à un simple mortel fait de chair et de sang, qu'ils peuvent blesser et effrayer."
 
"Quitte à la perdre mille fois, je referais mille fois cette promesse pour l'entendre jouer comme hier soir ou pour l'avoir en face de moi dans le soleil du matin. Ou même simplement pour savoir qu'elle existe quelque part. Vivante."
 
Le mot de la fin :
 
Un second tome qui m'a littéralement emporté. J'ai préféré son rythme, la maturité des personnages, les différentes analyses qui y sont faites. J'ai pris beaucoup de plaisir d'être dans la tête d'Adam, qui est plus téméraire que courageux. C'est une très belle réussite.
 
***


Throwback Thursday Livresque #3

Le Throwback Thursday livresque est un nouveau rendez-vous inspiré du "Throwback Thursday" d'Instagram, et créé par le blog BettieRose Books.
Le principe est simple : on partage chaque jeudi une lecture qui correspond à un thème donné.
Le récapitulatif des liens se trouve sur le blog de BettieRose Books.
 
Un thème - Un livre
Années 80 ou années 90 (date d’écriture ou date de l’action)
http://exulire.blogspot.fr/2015/05/de-la-part-de-la-princesse-morte-kenize.html
 
DE LA PART DE LA PRINCESSE MORTE - Kenizé MOURAD
 
Selma a sept ans quand elle voit s'écrouler son empire. Condamnée à l'exil, la famille impériale s'installe au Liban. Selma, qui a perdu à la fois son pays et son père, y sera 'la princesse aux bas reprisés'. C'est à Beyrouth qu'elle grandira et rencontrera son premier amour, un jeune chef druze ; amour tôt brisé. Selma acceptera alors d'épouser un raja indien qu'elle n'a jamais vu. Aux Indes, elle vivra les fastes des maharajas, les derniers jours de l'Empire britannique et la lutte pour l'indépendance. Mais là, comme au Liban, elle reste 'l' étrangère' et elle finira par s'enfuir à Paris où elle trouvera enfin le véritable amour. La guerre l'en séparera et elle mourra dans la misère, à vingt-neuf ans, après avoir donné naissance à une fille : l'auteur de ce récit.
 
Pourquoi ce livre
 
Ce livre est paru en 1987 et a reçu le grand prix des lectrices de ELLE en 1988.
 
J'ai été réellement séduite par ce livre qui m'a fait voyager à travers l'histoire et l'orient. Une très belle découverte où Kenizé Mourad joue avec les mots, avec les émotions pour nous emporter loin. Elle nous raconte l'histoire de sa mère qui a vécu le meilleur comme le pire tout en restant par son écriture très objective. Un régal à découvrir.
Pour découvrir la chronique complète, vous pouvez cliquer sur la couverture.

11 janv. 2017

Ferme les yeux et regarde - Jérôme Bienvenu

Auteur : Jérôme Bienvenu
Éditions : Persée
Genre : Contemporain
Date de publication originale : 2016
Pages : 105

 "-Ah le bonheur ! C'est quoi ? Comment ça marche ? Où le trouve-t-on ? Tout le monde en parle, tout le monde le cherche. a quoi ressemble-t-il, qui Est-ce ? Et bien c'est moi !"

Synopsis :

Daniel est un homme d’une cinquantaine d’années, divorcé, père de deux grands enfants qui ont quitté le foyer familial et vit seul avec son chat « Pompidou » dans la maison devenue vide. Sa vie fade se déroule au rythme de son métier de commercial pour des pompes industrielles en parcourant les routes de l’Ouest de la France sous le joug d’un immonde patron.
À l’approche des fêtes de Noël, sous la fatigue qui s’accumule, le poids du passé, et l’ambiance morose qui s’installe, Daniel craque et finit aux urgences… Il est à bout et doit consulter une psychologue et se mettre en arrêt maladie, sous anxiolytiques.
Grâce à d’étranges rencontres nocturnes, une remise en question s’impose…

Ce que j'en ai pensé :

Je tiens tout d'abord à remercier Thomas des Editions Persée de m'avoir proposé ce livre, qui au premier abord n'aurait jamais fait partie de mes priorités. Merci pour cette belle découverte.

C'est mon premier livre de cette année 2017 et c'est le livre que j'attendais pour commencer l'année du bon pied. Ce livre est un livre médicament : C'est à dire un livre dont l'histoire est assez simple mais qui amène une bouffée d'oxygène, une petite remise en question et quand on le ferme on se sent mieux sans être passé par la case Prozac.

Ce petit roman nous propose de passer quelques jours en compagnie de Daniel, un homme simple et ordinaire et du bonheur qui est ici représenté tel un spectre qui rode autour de lui et qui se décarcasse pour faire ouvrir les yeux à ce personnage et lui montrer que finalement le bonheur mais cette fois le sentiment, est tout proche et qu'il suffit de pas grand chose pour le trouver.

Exit les longs monologues rébarbatifs et la philosophie de comptoir sur le bonheur, exit l'introspection et le dur et long chemin de Paulo Coelho pour y arriver, Jérôme Bienvenu nous propose de suivre un personnage attachant qui va apprendre malgré lui à se poser les bonnes questions et nous propose par sa lecture de nous recentrer sur nos propres priorités.  Loin d'être larmoyant, ce roman est juste JUSTE. Il met en valeur le quotidien de beaucoup de personnes qui traversent les mêmes épreuves mais qui n'écrivent pas la même fin à leur histoire. C'est d'ailleurs ce que nous propose en partie Jérôme Bienvenu, avec la possibilité de lire deux fins alternatives surprenantes mais comme il le dit lui-même peut être pas aussi intéressantes dans le fond. Ce livre, c'est vous, c'est moi, ou ça pourrait être vous et moi si on ne prend pas le temps de faire une pause et de prendre du recul.

Je vous conseille vraiment ce livre, si vous avez une soirée tranquille en perspective pour découvrir cet auteur, qui vous bercera par sa plume et vous permettra le temps de sa lecture de savourer ou non votre quotidien et de choisir votre chemin vers la seule chose qui compte sur cette Terre : un peu de bonheur !!!

Citations :

"-Je sais que ma question est fleuve mais, qu'Est-ce que le bonheur selon vous ?
-L'opposition du malheur. Entre les deux il y a les choses simples, les joies, des satisfactions de toutes natures. et pour vous ?
-Le bonheur, c'est certainement avoir de l'audace... mais je ne suis pas sûr d'en avoir beaucoup. Je pense que le bonheur est devenu un mot qui ressemble à un impératif catégorique !"

"Le blé, i faut en garder un peu, en cas de coups durs, mais le reste, il faut le dépenser, vivre ! c'est en partie pourquoi notre économie est en berne. Les gens ont peur, donc ils épargnent plus qu'ils ne devraient. Pendant ce temps-là les banques se gavent, les compagnies d'assurances prospèrent et les autres souffrent !"

"L'amitié, on la construit sans la nommer, sans la commenter, c'est fort, c'est pudique."

Le mot de la fin :

Un livre court qui permet d'arrêter le temps qui court trop vite autour de nous, qui nous recentre, qui nous oxygène, qui nous touche, qui nous apporte un peu de bonheur. Une roman qui donne envie de bien commencer l'année.

***

10 janv. 2017

Bilan de l'année 2016

C'est avec un peu de retard que je vous présente on bilan de l'année 2016. J'étais désireuse de finir mes chronique de l'année passée, avant de faire un gros point de l'année écoulée.

Je suis extrêmement fière de mois, car je n'avais jamais lus autant de livres en une année. Je suis d'accord, qu'il y a eu plusieurs nouvelles mais c'est tout de même un record. J'espère faire au moins aussi bien en 2017.


Et pour mieux vous parler de l'année qui vient de s'écouler je vous propose de répondre aux Tag organisé par PKJ : (Cliquer sur les couvertures pour découvrir ma chronique)

1) vos trois lectures préférées de l'année.

http://exulire.blogspot.fr/2016/04/melchisedech-roi-de-salem-olivier-de.html http://exulire.blogspot.fr/2016/02/pigeon-canard-et-patinette-fred-guichen.html http://exulire.blogspot.fr/2016/11/cheri-je-crois-que-jai-tue-ton-pere.html

2) vos trois plus grandes déceptions.

http://exulire.blogspot.fr/2016/03/la-passe-miroir-tome-1-les-fiances-de.html http://exulire.blogspot.fr/2016/06/le-chat-qui-venait-du-ciel-takashi.html http://exulire.blogspot.fr/2016/09/les-orages-de-lete-tamara-mckinley.html

3) votre livre préféré dans un genre qui n'est pas votre préféré

http://exulire.blogspot.fr/2016/11/icare-academy-franck-petruzzelli.html
4) le meilleur nouvel auteur lu
http://exulire.blogspot.fr/2016/05/le-huitieme-livre-de-vesale-jordi.html

5) le premier roman lu en 2016
http://exulire.blogspot.fr/2016/01/lile-des-trois-soeurs-tome-2-ripley.html

7) le dernier roman lu en 2016

http://exulire.blogspot.fr/2017/01/fifty-shades-tome-2-cinquante-nuances.html

8) la meilleure série livresque
http://exulire.blogspot.fr/2016/01/experience-noa-torson-1-ne-tarrete-pas.html http://exulire.blogspot.fr/2016/04/experience-noa-torson-2-ne-regarde-pas.html http://exulire.blogspot.fr/2016/05/experience-noa-torson-3-noublie-pas.html

9) la meilleure adaptation cinématographique/en série.

http://exulire.blogspot.fr/2016/07/la-5e-vague-rick-yancey.html

10) Le meilleur souvenir livresque

http://exulire.blogspot.fr/2016/06/comment-papa-est-devenu-danseuse-etoile.html


11) le livre dont tout le monde a parlé (que vous l'ayez lu ou non).

http://www.livraddict.com/biblio/book.php?id=105612

12) le livre que vous avez le plus conseillé.

http://exulire.blogspot.fr/2016/12/origines-tome-1-le-chateau-des-millions.html

13) le livre avec la plus belle couverture

http://exulire.blogspot.fr/2016/05/la-colline-aux-esclaves-kathleen-grissom.html

14) l'auteur le plus lu



Je pense que j'ai tout dit ou presque sur l'année écoulée. Je vous souhaite beaucoup de belles découvertes pour 2017.